La PKR

Le déroulement d’une intervention

L’infirmière du bloc opératoire commence par vous administrer quelques gouttes d’un collyre anesthésiant la surface de l’œil.

Après vous être allongé sur la table du laser, le chirurgien commencera par désinfecter votre œil ainsi que la peau autour de l’œil à l’aide d’un antiseptique (le plus souvent povidone iodée en l’absence d’allergie).

Un champ stérile est alors collé autour de l’œil afin d’opérer de manière stérile. Un écarteur à paupière (Blepharostat) est ensuite positionné afin d’éviter tout clignement intempestif. Après application d’alcool pendant 15 secondes et rinçage abondant au sérum physiologique, l’épithélium cornéen est enlevé de la surface oculaire. Le chirurgien sèche à l’aide de compresses le site opératoire.

Ainsi la phase de traitement par le laser excimer lui-même peut débuter, il vous sera demandé de fixer un point vert se situant au-dessus de vous. L’action du laser est bruyante, et dégage une petite odeur, mais est strictement indolore. Cette dernière est réalisée sous contrôle d’un « eyetracker », qui permet de compenser les petits mouvements oculaires inéluctables que vous présenterez. En cas de mouvement plus important, le laser dispose d’un système de sécurité interrompant instantanément le traitement.

Une fois le laser terminé (dix secondes par dioptrie retirée), un nouveau rinçage est réalisé, et une lentille souple est positionnée sur l’œil. Cette lentille appelée « pansement » aura pour principal effet de limiter la douleur post-opératoire.

Des gouttes anti-inflammatoires et antibiotiques sont instillées avant de retirer enfin l’écarteur et le champ opératoire.

En quelques mots

Cette technique fut expérimentée pour la première fois en 1987, et fit suite à la pratique de la kératotomie radiaire. Cette technique est actuellement privilégiée pour les petits défauts visuels et présente comme principal avantage, sa « simplicité ».

L'intervention

la PKR
La PKR, un traitement de surface

Les avantages et inconvénients

Avantages :
  • Simplicité : Cette technique permet d’éviter la découpe du LASIK et les complications spécifiques à cette découpe.
  • Efficacité : Les résultats visuels sont identiques à ceux du LASIK.
Inconvénients :
  • La douleur induite par la PKR peut être sévère et durer 3 jours. Elle induit l’utilisation d’un traitement antalgique fort dont l’efficacité n’est souvent que partiel.
  • La récupération visuelle est plus lente, il faut prévoir 4 jours avant de revoir clair, et une semaine à un mois pour retrouver une acuité visuelle normale.
  • La réaction inflammatoire liée à la cicatrisation peut gêner la vision nocturne et altérer la précision de la correction optique.