Le LASIK

Le déroulement d’une intervention

L’infirmière du bloc opératoire commence par vous administrer quelques gouttes d’un collyre anesthésiant la surface de l’œil.

Après vous être allongé sur la table du laser, le chirurgien commencera par désinfecter l’œil ainsi que la peau autour de l’œil à l’aide d’un antiseptique (le plus souvent povidone iodée en l’absence d’allergie).

Un champ stérile est alors collé autour de l’œil afin d’opérer de manière stérile. Un écarteur à paupière (Blepharostat) est ensuite positionné afin d’éviter tout clignement intempestif.

La première phase consiste en la découpe d’un volet cornéen encore appelé capot. Après mise en place d’un anneau de succion, une lame oscillante à très haute fréquence découpe une lamelle de cornée (120 microns = 0,12 mm d ‘épaisseur) en épargnant une zone que l’on appellera « charnière ». La découpe mécanique dure 15 secondes, vous ressentirez à ce moment une forte pression sur l'œil et ne percevrez plus la lumière.

Le volet est ensuite soulevé, la surface alors mise en évidence appelée « lit stromal » est soigneusement séchée.

C’est alors que peut commencer la phase de laser elle-même appelée « photoablation ». Il vous sera demandé de fixer un point vert situé en face de vous. La photoablation est bruyante et dégage une petite odeur de chaud. Cette dernière est réalisée sous contrôle d’un « eyetracker », qui permet de compenser les petits mouvements oculaires inéluctables que vous présenterez. En cas de mouvement plus important, le laser dispose d’un système de sécurité interrompant instantanément le traitement.

Une fois le laser terminé, le capot est repositionné, et l’interface est abondamment rincée au sérum physiologique. La cornée est ensuite délicatement massée afin d’éviter la formation de plis de capot. Après quelques secondes d’attente, on s’assure de la stabilité de ce dernier, et de l’adhésion à son lit stromal et vérifiée.

Des gouttes anti-inflammatoires et antibiotiques sont instillées avant de retirer enfin l’écarteur et le champ opératoire.

Les avantages et inconvénients

Avantages :

  • Une récupération visuelle post-opératoire rapide. Nombreux sont les patients décrivant un effet « spectaculaire » au moment du réveil le lendemain de l’intervention.
  • L’absence de douleur post-opératoire. Une sensation d’inconfort peut être présente au cours de la première demi-journée.
  • La possibilité dans certains cas précis de pouvoir « retraiter » pour une éventuelle retouche.

Inconvénients :

  • Le LASIK ne peut être réalisé que sur certains types de cornée.
  • La nécessité de la réalisation d’un volet complique sensiblement la chirurgie.
  • Le temps opératoire est souvent plus impressionnant.
  • Il existe des complications spécifiques à la découpe du capot, qui tendent à se raréfier avec l’apparition du laser femtoseconde (blocage de la lame, découpe irrégulière de la cornée, variations de la profondeur de coupe)

En quelques mots

Les premières chirurgies réfractives dans le monde par LASIK, datent de 1991. Avec maintenant un recul de presque 20 ans, cette technique s’impose comme la référence en terme de correction des défauts optiques. Prés de 10 millions de personnes ont pu être opérées par LASIK à ce jour.

Une intervention en 2 étapes

Découpe de la cornée
La découpe de la cornée
La photoablation au laser
La photoablation au laser